Mutabilité, 2009.

The performance "Mutabilité" took place at the centre Georges Pompidou in Paris. Here is the french description of the project :

 

Ce projet réalisé au centre Pompidou lors des jeudi's  est une collaboration entre Sarah Guichard, Edouard Duvernay et James Renzelmann. Il consiste en une performance mêlant stylismeinstallation, vidéo et musique. Cette performance a été réalisée en écho à une oeuvre de Francis Bacon, female nude standing in a doorway
Le peintre choisit la représentation du nu féminin, classique en peinture mais relativement inattendue chez lui : l'artiste a plutôt l'habitude de travailler sur le corps masculin, la carcasse , animale ou encore son propre visage Mais prend rarement la femme comme référent et on se rend compte que sa violence est plus contenue que dans ses autres œuvres. Les lacérations dynamiques font place à des déplacements de volumes qui deviennent presque sensuels. On en vient même à se demander si sa violence gestuelle habituelle ne s'est pas transformée en simple captation d'un mouvement érotique du modèle...
Tout comme Bacon, nous sommes venus refigurer le corps de notre modèle vivant en proposant une performance mettant en scène un vêtement évolutif capable de changer de morphologie sous l'action de nos caresses par un jeu de surpiqûres et de rembourrage. L'acte était sensuel, voire sexuel et illustrait cette jouissance de la transformation évoquée plus haut.
Nous sommes passés de la planéité du tableau au volume, de l'image à la sculpture, du statique au mouvant, de l'éternité de la peinture à l'instant de la performance.

 

PROJET (concept, scénario, modes d’interaction avec le public...)

Transformation physique et virtuelle du corps féminin par le vêtement et la vidéo.

Concept : Sarah et James proposent l’évolution des volumes du corps et la dislocation des canons de beauté. Edouard se penche sur un corps cyborg mutant, à la fois troublant et sensuel.

Déroulement de la performance :

(La performance est rythmée par une composition sonore qui évolue du début jusqu’à la fin).

 

01. Entrée / Descente de l’ascenseur avec le mannequin habillé à l’intérieur

02. Ouverture + fermeture des portes de l’ascenseur : entrée du modeleur

03. Façonnage d’une nouvelle morphologie de la silhouette

03bis. Bribes de vidéos rétropojetées durant le façonnage en adéquation parfaite avec les sons diffusés

04. Ouverture + fermeture des portes de l’ascenseur : sortie du modeleur

05. Final / Rétroprojection de vidéos et d’animations 3D sur le mannequin et dans l’espace

06. Fin / Montée de l’ascenseur

 

éléments explicatifs justifiants votre démarche 

De la même manière que Bacon propose une représentation du nu féminin, nous nous sommes appuyés sur l’image qu’il produit pour proposer une mise en volume de ce corps disloqué. Nous intégrons les attribus du corps féminin dans un vêtement évolutif dont les volumes peuvent être déplacés de manière à troubler les codes de représentation. Ce corps est alors mis en relation avec d’autres corps, machines organiques génétiquement créées, cyborgs virtuels qui questionnent son intériorité et les matériaux qui constituent son essence méme. 

Nous avons réexploité tout le vocabulaire technique, formel et chromatique du tableau dans nos choix stylistiques, textiles et colorés.

 

descriptif des objets fabriqués 

Un vêtement porté par un mannequin dans une des deux cabines des ascenseurs. Maille extensible doublée de satin de coton et rembourrée de billes de polystyrène. Vidéoprojecteur disposé en face de la vitre, projettant une animation vidéo/3D sur le mannequin et la paroie vitrée de l’ascenseur. 

 

descriptif du dispositif technique

Robe fourreau en maille extensible doublée de satin de coton rembourrée par un jeu de vases communiquants. Les volumes se répartissent dans différentes cavités modifiants les volumes et créant des drapés. 

Vidéo aliant animations 3D, images et films.